.

Historique

stcergue
La ligne du Nyon-St-Cergue-Morez (NStCM) a été ouverte par étapes entre 1916 et 1921. Le tronçon français n'a eu qu'une durée de vie limitée; puisque c'est en 1958 qu'il est supprimé dans l'objectif de pouvoir élargir la route nationale.

Les premières automotrices ont vaillamment sillonné la ligne pendant plus de 60 ans pour le grand bonheur des pendulaires et des touristes. Par une volonté de modernisation, du nouveau matériel roulant fut mis en circulation en 1986. Dans les années qui suivirent, quatre automotrices d'origine furent cédées pour un franc symbolique au chemin de fer de la Mure, près de Grenoble.

La Mure

lamure
A la fin des années huitante, le chemin de fer de la Mure est en pleine mutation. En effet, le trafic minier, qui caractérisait cette ligne, est en sérieux déclin. Sa sauvegarde passe alors par une reconversion en chemin de fer touristique.

L'arrivée du matériel roulant suisse a pour objectif de relancer le transport de voyageurs et d'en augmenter la capacité. Toutefois, la complexité technique des automotrices ainsi que leur grand âge contraignent le chemin de fer de la Mure à les utiliser parcimonieusement.

Buts de l’association

La population de la région ainsi que les amateurs de chemins de fer ont regretté le départ de ce vieux matériel si sympathique à leurs yeux.

Ainsi, le centenaire de la ligne approchant, un groupe de personnes de la région s'est passionné à l'idée de rapatrier une automotrice. C’est la raison pour laquelle, à l’automne 2008, l’association « Nyon-St.Cergue Rétro » s’est constituée. Forte de plus de huitante membres, celle-ci s'active avec comme objectif de faire rouler une composition pour les festivités de 2016 et de l’engager régulièrement pour des trains spéciaux.

Situation actuelle

Faute d’emplacement adéquat sur le réseau NStCM, l’association a du trouver un terrain pour l’entreposage des véhicules durant leur remise en état. C’est finalement à Givrins qu’une surface nous est mise gracieusement à disposition sur un terrain privé. La construction d’un atelier provisoire au moyen de containers maritimes et d’une charpente en bois y a été entreprise. Celui-ci, de bonne dimension, permet aux membres actifs de procéder à la rénovation des véhicules dans des conditions optimales.

frontiere
Une opération de recherche de fonds a été lancée à l’échelle du district de Nyon à l’automne 2009. Suscitant un engouement populaire régional, plus de 75'000.- CHF ont été récoltés auprès de la population, des entreprises et des communes avoisinantes. Ce succès financier nous a permis de financer la construction et l’équipement de l’atelier ainsi que de constituer une provision pour les frais de rapatriement.

Après moult tracasseries, le retour de l’automotrice est effectif depuis avril 2010. L’acheminement routier d'un convoi de 86 tonnes, 16 mètres de long et plus de 5 mètres de haut depuis Grenoble a nécessité des moyens conséquents; des ponts routiers ont dû être spécialement analysés par le transporteur afin d’en vérifier leur résistance au poids.

Différents experts ont évalué l’ampleur des travaux de rénovation à entreprendre. Ceux-ci touchent principalement la remotorisation (adaptation technique pour utilisation sous 1500 V au lieu du 2200 V), l’adaptation aux normes de sécurité actuelles, la rénovation de tôlerie, des boiseries, etc. Un certain nombre de tâches complexes sont mandatées à des entreprises externes.

Actuellement, tous les organes de roulement ont été démontés et leur rénovation est en cours. Ainsi, les bogies ont été sablés par une entreprise spécialisée, les moteurs ont été révisés et la tringlerie de frein est cours de rénovation. Par ailleurs, les bancs en bois de seconde classe ont été remis à neuf tous comme les sièges de première qui ont retrouvé leur lustre d’antan. Des solutions sont en cours d’étude par des écoles techniques pour une nouvelle alimentation des moteurs de 2200 volts en employant du courant actuel de 1500 volts.

La caisse a été partiellement détôlée afin de permettre le sablage du châssis ainsi que le remplacement de certaines parties de la charpente en bois. Le travail ne manque pas et les défis sont encore nombreux ; notre équipe technique se sent à même de les relever !

N’hésitez pas à venir vous en rendre compte par vous-même en venant nous rendre visite et, pourquoi pas, y consacrer quelques samedis ?

 

atelier